Accueil > Actualités > Combien coûte la rentrée pour un étudiant ?

Combien coûte la rentrée pour un étudiant ?

Article rédigé le 20/11/2018 par Louis Pelissier | Vie étudiante

Les étudiants, une population fragile économiquement

La rentrée scolaire est pour la plupart des personnes synonyme de dépenses. Parents, familles monoparentales, recomposées, étudiants salariés ou dépendants des revenus de leurs parents, tous doivent réaliser un effort financier au moment de la rentrée en septembre.

Si les jeunes enfants exigent des dépenses conséquentes pour le démarrage d’une nouvelle année scolaire, les étudiants constituent la population la plus exposée et fragilisée lors de cette période.

Les étudiants sont la plupart indépendants ou semi-indépendants. Ils dépendent en partie ou pas de l’aide économique de leurs parents. Ils doivent par conséquent faire attention à leur budget et réaliser des économies chaque mois. Tout spécialement en prévision d’un moment critique pour les dépenses tel que le mois de septembre.

Quelles sont concrètement ces dépenses ?

  • Inscription à l’université ou dans un établissement d’enseignement supérieur. S’inscrire à l’université ne constitue pas un budget très important. Cependant, payer les droits d’inscription d’une école de commerce, de photographie, etc. peut s’avérer très prohibitif.
  • Des fournitures scolaires. Etudier à l’université exige de posséder cahiers, feuilles, stylos, effaceur, etc. afin de prendre correctement des notes. Si l’étudiant a un profil plus « technologique », il devra avoir un ordinateur portable, qui constituera sans aucun doute un investissement important.
  • Frais de logement. Loin de sa famille, l’étudiant doit trouver un logement. Son budget logement peut être très variable selon ses conditions de revenus (pris en charge par les parents, salarié, bourses, etc.).

L’UNEF, le principal syndical étudiant, affirme par ailleurs que la rentrée 2018 a vu une augmentation des dépenses concrètes de 1,31% pour les étudiants. Que comprend cette hausse de 1,31 % ?

La réponse est essentiellement le logement et les transports en commun. En effet, le coût des loyers a augmenté dans la plupart des grandes villes étudiantes. Devant cette hausse des frais à prévoir, quel budget peut-on envisager ?

Quel budget prévoir ?

Le budget n’est évidemment pas le même que vous soyez à Paris ou dans une petite ville de province. Le coût de la vie et le prix des loyers sont bien plus élevés dans la région parisienne.

Quelles sont les dépenses à prendreen considération  ?

  • L’inscription dans un établissement supérieur. Etudier dans une université coûte en moyenne 170 euros en licence et 243 euros en master à la rentrée 2018-2019. Le fait de ne plus avoir à payer la sécurité sociale étudiante (217 euros) a permis de réduire fortement les frais occasionnés par le mois de septembre.
  • La contribution « vie étudiante et de campus » (CVEC). Cette nouvelle dépense va permettre de développer les services accordés aux étudiants. D’un montant de 90 euros, elle est dorénavant indispensable si vous voulez étudier dans un établissement d’enseignement supérieur.
  • Le logement. La baisse mensuelle des APL (Aides Personnalisées au logement) de 5 euros décidée en octobre 2017 avait déjà contraint les étudiants à augmenter leur budget logement. La dernière mesure datant d’octobre 2018  consiste à ne pas revaloriser l'APL en fonction de l’indice de révision des loyers. Selon certaines associations, cela entrainerait une perte supplémentaire de l’ordre de 4,20 euros par mois, si l’on prend une allocation de 231 euros mensuels.
  • Fournitures scolaires. Le matériel pédagogique coûte en moyenne aux étudiants un montant de 239, 22 euros en région parisienne. En province, la dépense occasionnée est identique. Ces frais subissent une faible augmentation : 0,43%.
  • Frais de transports. A prendre en considération si vous devez emprunter les transports en commun pour rejoindre votre établissement d'études.
  • Frais incrompressibles : Nourriture, Edf, assurance,...

La rentrée scolaire est un moment primordiale pour le budget d’un étudiant. Il est conscient qu’il devra mobiliser une grande somme d’argent afin de satisfaire à tous ces impératifs.

Si dans l’ensemble les frais de scolarité augmentent, certaines mesures prises par le gouvernement permettent d’améliorer les conditions de vie des étudiants. Par exemple, la Garantie Visale a été étendue à toute la population estudiantine, sans condition particulière. Les universitaires n’ont dorénavant pas à trouver de garant. L’Etat fait office de garantie pour les professionnels de l’immobilier.

Il existe cependant des conditions telles que la limite d’âge (de 18 à 30 ans) et un montant maximum à ne pas dépasser pour le loyer.

Cet article vous a-t-il été utile? Déposer un avis
 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés