Accueil > Actualités > Étudiants parisiens – trajet domicile-écoles, un long trajet

Étudiants parisiens – trajet domicile-écoles, un long trajet

Article rédigé le 24/02/2017 par Anais Tanay | Vie étudiante

| Plus

Attirés par la notoriété des établissements supérieurs de Paris et sa région, des centaines de milliers de jeunes s’installent chaque année en Île-de-France. Pourtant, la vie étudiante francilienne n’est pas aisée : la pénurie du logement contraint certains à parcourir plusieurs kilomètres chaque jour…

En 2013, l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (IAU) a mené l’enquête « Territoires de la vie étudiante en Île-de-France » sur la vie étudiante de 645 000 jeunes de moins de 30 ans inscrits dans les universités de la région. Les résultats ont souligné deux grandes problématiques : le logement et la mobilité.

Paris reste la destination phare des étudiants

Que Paris soit un véritable aimant à étudiants n’est pas une nouveauté. 29 % de l’effectif étudiant francilien résident dans l’agglomération centrale de Paris – plus particulièrement, dans les 5e et 6e arrondissements – et dans les communes du sud-ouest d’Île-de-France, où plusieurs établissements d’enseignement supérieurs renommés sont établis. On citera HEC Paris, ENSTA Paris Tech et l’université d’Evry-Val d’Essonne.

Une majorité d’étudiants logée dans la maison familiale

L’enquête a également dévoilé les difficultés liées au logement. 60 % des étudiants franciliens vivent chez leur(s) parent(s), 27 % louent leur propre appartement, près de 10 % logent chez des amis ou de la famille, tandis que 5 % vivent en résidence collective. La capacité d’accueil insuffisante des résidences étudiantes (Crous, résidences privées, Cité internationale universitaire, résidences sous gestion des grandes écoles, résidences sociales conventionnées…) et les tarifs exorbitants du parc locatif classique, en sont les principales causes.  

Paradoxalement, dans Grand Paris, la part des étudiants vivant dans la maison parentale est ramenée à 45 %, le reste choisissant d’occuper un logement indépendant pour se rapprocher de leurs universités.

Entre 30 minutes et une heure de trajet pour se rendre au lieu d’études

L’Île-de-France figure parmi les régions où les jeunes sont les plus mobiles. En effet, pour rejoindre leur salle de cours depuis leur domicile,  61 étudiants sur 100 effectuent un trajet de plus d’une demi-heure et 21 autres de plus d’une heure. De longs voyages imposés par la distance séparant lieux de résidences et d’études : « seuls 25 % d’entre eux résident et étudient dans la même commune, et 53 % dans le même département », et

À titre comparatif, 24 % des trajets durent plus d’une demi-heure et 5 % une heure au moins, dans les autres régions.

 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés