Accueil > Actualités > Une année sabbatique chez les étudiants, une expérience précieuse ?

Une année sabbatique chez les étudiants, une expérience précieuse ?

Article rédigé le 09/04/2017 par Léa Collin | Vie étudiante

| Plus

L’année sabbatique (gap year en anglais) est très courante aux États-Unis. En France, bien que beaucoup de parents restent réticents à cette idée, les jeunes français commencent à s’y intéresser, notamment en raison des avantages mis en avant par ceux qui l’ont déjà fait. Mais lesquels ? En voici les principaux…

Une tendance en étroite relation avec la culture

En France, l’objectif après le bac, c’est de finir ses études à temps, c’est-à-dire avant un certain âge. Un diplôme est avant tout un sésame pour une place dans le monde professionnel et in extenso, un certain statut social. Selon le sociologue Vincenzo Cicchelli, « il reflète la réussite ».

Au contraire, les pays anglo-saxons privilégient l’année sabbatique dans le but de prendre du recul et se ressourcer. L’objectif n’est pas d’acquérir une compétence, mais de se constituer en tant que personne et trouver sa voie vers l’épanouissement et la réussite.

Une année pour trouver sa vocation

Grâce à l’année sabbatique, les jeunes découvrent certains principes de vie qui ne sont pas enseignés à la fac et qui sont pourtant essentiels dans la vie. Le droit à l’erreur ou encore la décision de changer de projet quand les circonstances l’imposent en sont quelques exemples.

Les jeunes apprennent énormément à travers les séjours linguistiques, les programmes internationaux d’échanges, les missions de volontariat et tout projet personnel susceptible de les faire humainement grandir, car voyager n’est pas une obligation.

Comment se passe l’année sabbatique ?

Certains enchainent les petits boulots, d’autres se concentrent sur des projets communautaires ou artistiques. L’ultime objectif étant l’apprentissage de la vie en société à travers les expériences vécues pendant l’année sabbatique.

Et de manière générale, ils sont plus responsables, curieux et se projettent dans l’avenir à la fin de celle-ci. Beaucoup reviennent avec une idée précise du chemin professionnel qu’ils veulent suivre. C’est ce qui explique pourquoi des pays comme la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Norvège ou encore la Suède encouragent activement la pratique du gap year entre deux diplômes universitaires.

Une tendance valorisée par les recruteurs

Un étudiant ayant effectué une année sabbatique est souvent perçu comme un challenger aux yeux des recruteurs. Les aventures à travers le globe ou les missions au sein d’une association humanitaire pèsent d’un certain poids sur le curriculum vitae et donne par essence de belles anecdotes à raconter en entretien. 

L’année sabbatique (gap year en anglais) est très courante aux États-Unis. En France, bien que beaucoup de parents restent réticents à cette idée, les jeunes français commencent à s’y intéresser, notamment en raison des avantages mis en avant par ceux qui l’ont déjà fait. Mais lesquels ? En voici les principaux…

Une tendance en étroite relation avec la culture

En France, l’objectif après le bac, c’est de finir ses études à temps, c’est-à-dire avant un certain âge. Un diplôme est avant tout un sésame pour une place dans le monde professionnel et in extenso, un certain statut social. Selon le sociologue Vincenzo Cicchelli, « il reflète la réussite ».

Au contraire, les pays anglo-saxons privilégient l’année sabbatique dans le but de prendre du recul et se ressourcer. L’objectif n’est pas d’acquérir une compétence, mais de se constituer en tant que personne et trouver sa voie vers l’épanouissement et la réussite.

Une année pour trouver sa vocation

Grâce à l’année sabbatique, les jeunes découvrent certains principes de vie qui ne sont pas enseignés à la fac et qui sont pourtant essentiels dans la vie. Le droit à l’erreur ou encore la décision de changer de projet quand les circonstances l’imposent en sont quelques exemples.

Les jeunes apprennent énormément à travers les séjours linguistiques, les programmes internationaux d’échanges, les missions de volontariat et tout projet personnel susceptible de les faire humainement grandir, car voyager n’est pas une obligation.

Comment se passe l’année sabbatique ?

Certains enchainent les petits boulots, d’autres se concentrent sur des projets communautaires ou artistiques. L’ultime objectif étant l’apprentissage de la vie en société à travers les expériences vécues pendant l’année sabbatique.

Et de manière générale, ils sont plus responsables, curieux et se projettent dans l’avenir à la fin de celle-ci. Beaucoup reviennent avec une idée précise du chemin professionnel qu’ils veulent suivre. C’est ce qui explique pourquoi des pays comme la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Norvège ou encore la Suède encouragent activement la pratique du gap year entre deux diplômes universitaires.

Une tendance valorisée par les recruteurs

Un étudiant ayant effectué une année sabbatique est souvent perçu comme un challenger aux yeux des recruteurs. Les aventures à travers le globe ou les missions au sein d’une association humanitaire pèsent d’un certain poids sur le curriculum vitae et donne par essence de belles anecdotes à raconter en entretien. 

tutu1890*1867
 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés