Accueil > Actualités > Tout ce qu’il faut savoir sur le logement étudiant à Montpellier

Tout ce qu’il faut savoir sur le logement étudiant à Montpellier

Article rédigé le 04/06/2017 par Anais Tanay | Les meilleures villes étudiantes

| Plus

À la rentrée 2017, Montpellier accueillait 72 500 étudiants. Néanmoins, pour profiter de la qualité des formations, du cadre de vie qui font la réputation de la préfecture héraultaise, tous devaient s’engager dans la course au logement étudiant à Montpellier, car même si l’offre locative montpelliéraine s’élargit et se diversifie avec entre autres, 18 résidences étudiantes à Montpellier, le sujet du logement reste délicat.

Les petites surfaces accaparent 51 % du marché

En raison de leur budget souvent serré, les étudiants privilégient les une pièce, à savoir studios et T1. Ils sont accessibles pour un loyer mensuel moyen de 458 €. Heureusement, le marché locatif à Montpellier est composé à 51 % de ces appartements de petite surface (22 m² en moyenne). La différence entre les deux biens réside notamment dans l’indépendance de la cuisine : dans un studio la cuisine est intégrée à la pièce principale tandis que dans un T1, la cuisine est totalement cloisonnée. Mais dans les deux cas, les douches et les toilettes sont séparées de la chambre.

Colocation de T2 et T3, une tendance qui a le vent en poupe

Etant donné qu’il n’y a pas suffisamment d'appartement d'une pièce à Montpellier pour loger l'ensemble des étudiants, l’alternative consiste à louer un plus grand appartement. S’il est relativement facile de trouver un T2 ou un T3 avec 40,84 % des parts de marché pour ces deux types d’appartements, les loyers qui s’élèvent respectivement à 616 € et 804 €, sont hors de prix pour un seul étudiant. Pour y remédier, de plus en plus de jeunes pratiquent la colocation à deux ou à trois, sachant qu’un appartement T2 comprend deux chambres et un logement T3 en comporte trois, hors salle d’eau et cuisine.

Un mode de vie qui compense largement les difficultés liées au logement

Si les jeunes se bousculent aux services des inscriptions des universités et écoles de Montpellier, ce n’est pas uniquement pour la qualité mondialement reconnue de ses formations. La préfecture héraultaise ne manque pas d’arguments pour fidéliser ses nouveaux venus : un parfait équilibre entre infrastructures urbaines et espaces verts, une mobilité favorisée par le réseau de transports publics très dense, une situation géographique idéale dans le sud de la France, proche de la mer et quasiment à mi-chemin entre l’Espagne et l’Italie, ainsi qu’une myriade d’activités pour se cultiver et se divertir. 

À la rentrée 2017, Montpellier accueillait 72 500 étudiants. Néanmoins, pour profiter de la qualité des formations, du cadre de vie qui font la réputation de la préfecture héraultaise, tous devaient s’engager dans la course au logement étudiant à Montpellier, car même si l’offre locative montpelliéraine s’élargit et se diversifie avec entre autres, 18 résidences étudiantes à Montpellier, le sujet du logement reste délicat.

Les petites surfaces accaparent 51 % du marché

En raison de leur budget souvent serré, les étudiants privilégient les une pièce, à savoir studios et T1. Ils sont accessibles pour un loyer mensuel moyen de 458 €. Heureusement, le marché locatif à Montpellier est composé à 51 % de ces appartements de petite surface (22 m² en moyenne). La différence entre les deux biens réside notamment dans l’indépendance de la cuisine : dans un studio la cuisine est intégrée à la pièce principale tandis que dans un T1, la cuisine est totalement cloisonnée. Mais dans les deux cas, les douches et les toilettes sont séparées de la chambre.

Colocation de T2 et T3, une tendance qui a le vent en poupe

Etant donné qu’il n’y a pas suffisamment d'appartement d'une pièce à Montpellier pour loger l'ensemble des étudiants, l’alternative consiste à louer un plus grand appartement. S’il est relativement facile de trouver un T2 ou un T3 avec 40,84 % des parts de marché pour ces deux types d’appartements, les loyers qui s’élèvent respectivement à 616 € et 804 €, sont hors de prix pour un seul étudiant. Pour y remédier, de plus en plus de jeunes pratiquent la colocation à deux ou à trois, sachant qu’un appartement T2 comprend deux chambres et un logement T3 en comporte trois, hors salle d’eau et cuisine.

Un mode de vie qui compense largement les difficultés liées au logement

Si les jeunes se bousculent aux services des inscriptions des universités et écoles de Montpellier, ce n’est pas uniquement pour la qualité mondialement reconnue de ses formations. La préfecture héraultaise ne manque pas d’arguments pour fidéliser ses nouveaux venus : un parfait équilibre entre infrastructures urbaines et espaces verts, une mobilité favorisée par le réseau de transports publics très dense, une situation géographique idéale dans le sud de la France, proche de la mer et quasiment à mi-chemin entre l’Espagne et l’Italie, ainsi qu’une myriade d’activités pour se cultiver et se divertir. 

tutu2629*1804.5
 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés