Accueil > Actualités > Quel type de logement étudiant vous convient?

Quel type de logement étudiant vous convient?

Article rédigé le 29/07/2017 par Léa Collin | Les différents types de location

| Plus

Cité-U, résidence privée, logement social, appartement en ville, colocation, foyer étudiant… Il y a autant de logements que d’étudiants en France. Il faut juste connaître où l’on veut se loger et surtout, combien cela coûte.

Les Cités Universitaires

Géré par le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS), ce type de résidences étudiantes est très prisé par les jeunes du fait notamment de ses rapports qualité-prix. En effet, les loyers qui varient principalement entre 100 à 300 euros mensuels selon la surface habitable restent les moins chers du marché.

Accessibles généralement après validation du Dossier Social Étudiant (DSE), les cités universitaires accueillent maintenant plus de 10 % des étudiants demandeurs de logement en France. Elles mesurent généralement entre 9 m² et 20 m² et sont mieux équipées par rapport aux autres types de logements étudiants. En revanche, les critères d’attributions de ces chambres sont très exigeants : revenus familiaux, le nombre d’enfants à charge…

Les résidences étudiantes privées

Destinés en grande partie à l’accueil des étudiants, ces ensembles immobiliers collectifs sont constitués généralement d’une centaine de logements. Ils sont situés pour la plupart à proximité d’établissements d’enseignement supérieur, d’un centre de commerce et d’un métro ou d’un bus.

Côté logements, ils sont spacieux (entre 17 m² à 35 m²). Côté services, leurs offres sont diversifiées. Et, côté loyers, ils sont évidemment plus élevés que ceux des résidences du CROUS.

Ces résidences étudiantes sont gérées par des associations et des groupes tels que Nexity Studéa, Appart'City ou Arpej,… les loyers sont beaucoup plus élevés : 500 euros à 850 euros par mois. Cependant, les services qu’ils offrent sont souvent de qualité (laverie, petit-déjeuner…) Généralement régis par la législation des meublés, ces logements n’ouvrent pas droit à l’APL.

Une location chez un bailleur privé

C’est le type de logement le plus répandu. Avantageux pour ceux qui préfèrent l’indépendance, ce type de logement est souvent accessible via une agence immobilière, mais on peut également entrer directement en contact avec le propriétaire. Les loyers, tout comme la qualité du logement peut varier d’un bailleur à un autre. Cependant, des frais supplémentaires aux loyers sont toujours à prévoir si on veut y accéder.

Les foyers pour étudiants

Ce sont les logements gérés par des associations. Il s’agit généralement d’une chambre louée pour environ 450 euros mensuel et prévu pour 1, 2 ou 3 étudiants. Dans ces logements, les règlements intérieurs sont vigoureux avec des horaires très stricts.

Enfin, il y a les logements étudiants HLM attribués en fonction de vos ressources annuelles. C’est auprès du département logement de la commune que vous pouvez accéder à ce type de logement étudiant. 

Cité-U, résidence privée, logement social, appartement en ville, colocation, foyer étudiant… Il y a autant de logements que d’étudiants en France. Il faut juste connaître où l’on veut se loger et surtout, combien cela coûte.

Les Cités Universitaires

Géré par le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS), ce type de résidences étudiantes est très prisé par les jeunes du fait notamment de ses rapports qualité-prix. En effet, les loyers qui varient principalement entre 100 à 300 euros mensuels selon la surface habitable restent les moins chers du marché.

Accessibles généralement après validation du Dossier Social Étudiant (DSE), les cités universitaires accueillent maintenant plus de 10 % des étudiants demandeurs de logement en France. Elles mesurent généralement entre 9 m² et 20 m² et sont mieux équipées par rapport aux autres types de logements étudiants. En revanche, les critères d’attributions de ces chambres sont très exigeants : revenus familiaux, le nombre d’enfants à charge…

Les résidences étudiantes privées

Destinés en grande partie à l’accueil des étudiants, ces ensembles immobiliers collectifs sont constitués généralement d’une centaine de logements. Ils sont situés pour la plupart à proximité d’établissements d’enseignement supérieur, d’un centre de commerce et d’un métro ou d’un bus.

Côté logements, ils sont spacieux (entre 17 m² à 35 m²). Côté services, leurs offres sont diversifiées. Et, côté loyers, ils sont évidemment plus élevés que ceux des résidences du CROUS.

Ces résidences étudiantes sont gérées par des associations et des groupes tels que Nexity Studéa, Appart'City ou Arpej,… les loyers sont beaucoup plus élevés : 500 euros à 850 euros par mois. Cependant, les services qu’ils offrent sont souvent de qualité (laverie, petit-déjeuner…) Généralement régis par la législation des meublés, ces logements n’ouvrent pas droit à l’APL.

Une location chez un bailleur privé

C’est le type de logement le plus répandu. Avantageux pour ceux qui préfèrent l’indépendance, ce type de logement est souvent accessible via une agence immobilière, mais on peut également entrer directement en contact avec le propriétaire. Les loyers, tout comme la qualité du logement peut varier d’un bailleur à un autre. Cependant, des frais supplémentaires aux loyers sont toujours à prévoir si on veut y accéder.

Les foyers pour étudiants

Ce sont les logements gérés par des associations. Il s’agit généralement d’une chambre louée pour environ 450 euros mensuel et prévu pour 1, 2 ou 3 étudiants. Dans ces logements, les règlements intérieurs sont vigoureux avec des horaires très stricts.

Enfin, il y a les logements étudiants HLM attribués en fonction de vos ressources annuelles. C’est auprès du département logement de la commune que vous pouvez accéder à ce type de logement étudiant. 

tutu2605*2384.5
 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés