Accueil > Actualités > Qu'est-ce que le bail mobilité ? Ce qu'il faut savoir

Qu'est-ce que le bail mobilité ? Ce qu'il faut savoir

Article rédigé le 31/01/2023 par

Qu’est-ce que le bail mobilité ? Définition

Le bail mobilité est un contrat de location à l’adresse des personnes qui recherchent un logement pour une courte durée, dans le cadre d’un déplacement professionnel ou des études. 

Le bail mobilité ne s’applique qu’aux logements meublés (maison ou appartement). Sa durée est limitée à dix mois et ne peut être renouvelée. Il n’y a pas de dépôt de garantie : le bail mobilité est pris en charge par GarantMe, un dispositif qui assure le cautionnement, c’est-à-dire qu’il garantit le paiement du loyer en cas de défaillance du locataire ainsi que la réparation d’éventuelles dégradations.

Le montant du loyer est librement fixé par le locataire et le bailleur. Il ne peut être modifié durant les dix mois du bail mobilité. Les charges locatives sont quant à elles basées sur un forfait mensuel, sans possibilité de régularisation future. 

Dans le cas où la durée du bail est inférieure à dix mois, une prolongation est possible à condition que la totalité du bail n’excède pas les dix mois. Si le locataire souhaite conserver le logement à l’issue des dix mois, cela fera l’objet d’un contrat de location classique.

Le bail mobilité peut être résilié par le locataire comme tout contrat de location meublée. Le préavis sera d’un mois. Le locataire notifie sa demande de résiliation par lettre recommandée avec accusé de réception ou par courrier remis en main propres. Le loyer du dernier mois sera calculé en fonction du nombre de jours où le locataire occupe le logement.

Le bail mobilité peut s’appliquer à une colocation, mais la clause de solidarité (qui rend chaque colocataire redevable au bailleur en cas de défaut d’un autre colocataire) n’est pas applicable dans ce cas précis. 

Dans le cadre spécifique du bail mobilité, le logement demeure la résidence principale du locataire (même s’il ne l’occupe pas plus de huit mois). Enfin, le bail mobilité est dispensé de taxe de séjour.

Quelles conditions doit remplir mon logement pour signer un bail mobilité ?

Pour être éligible au bail mobilité, le logement doit être meublé. Le bail étant de courte durée, on évite au locataire des frais de déménagement. Le décret n°2015-981 du 31 juillet 2015 fixe le minimum dont doit disposer un logement meublé

 
  • Une literie avec une couette ou une couverture

  • Des plaques de cuisson, un four classique ou un four à micro-onde, 

  • Un réfrigérateur, un congélateur ou un compartiment à congélation à -6°C max

  • Une table, des chaises, 

  • De la vaisselle (assiettes, fourchettes, couteaux, cuillères, etc.),

  • Des ustensiles de cuisine (casserole, poêle, etc.), 

  • Des étagères de rangement,

  • Des luminaires en état de marche,

  • Du matériel d’entretien ménager (balai, aspirateur, serpillière, éponges),

  • Des rideaux et des volets aux fenêtres.

 

Le logement doit en outre répondre aux caractéristiques d’un logement décent, c’est-à-dire en bon état d’entretien et de confort, avec un équipement en état de fonctionnement.

Tous les locataires peuvent-ils signer un bail mobilité ?

Le bail mobilité est réservé à un type précis de locataire : les personnes ayant besoin d’un logement pour une courte durée dans le cadre de leurs études, d’une formation ou d’un déplacement professionnel. Ainsi, pour être éligible au bail mobilité, il faut être soit : 

  • étudiant (études supérieures),

  • stagiaire,

  • apprenti,

  • en formation professionnelle,

  • en mutation professionnelle,

  • en déplacement dans le cadre d’une mission temporaire ou d’un travail saisonnier,

  • volontaire au service civique.

Comment louer en bail mobilité ? 

Le bail mobilité est signé entre le bailleur d’un logement meublé (un appartement ou une maison) et un locataire qui ne souhaite y loger que pour une courte durée (dix mois maximum). Pour bénéficier du bail mobilité, le locataire doit fournir les justificatifs de sa situation, tels que : 

  • une attestation professionnelle,

  • une convention de formation,

  • une attestation de stage,

  • un contrat d’apprentissage,

  • une carte d’étudiant,

  • un certificat de scolarité, etc.

 

Le contrat de location établi dans le cadre d’un bail mobilité comprend obligatoirement les éléments suivants : 

  • les coordonnées du propriétaire (nom et adresse postale),

  • les coordonnées du locataire (nom),

  • la situation du locataire justifiant le bail mobilité (joindre justificatifs),

  • la durée du bail,

  • la date de prise d’effet du bail (le premier jour de la location),

  • le montant du loyer et la périodicité de paiement (mensuelle ou trimestrielle),

  • le DDT, dossier de diagnostic technique, comprenant notamment le DPE, diagnostic de performance énergétique,

  • l’état des lieux d’entrée, réalisé le premier jour de la location et signé par le bailleur et le locataire (spécifiant le mobilier et accessoires obligatoires d’un meublé),

  • le règlement de la copropriété le cas échéant, avec énumération des parties communes,

  • la mention selon laquelle le bailleur ne demande pas de dépôt de garantie

 

Le montant et la date de règlement du dernier loyer du précédent locataire doivent également être précisés si celui-ci a quitté le logement dans les dix-huit mois qui précèdent le nouveau contrat. Les travaux réalisés (nature et montant) dans le logement depuis la fin de la dernière location sont également indiqués. 

Quelles sont les différences entre un bail mobilité et les baux habituels ?

Le bail mobilité, dédié aux personnes qui n’ont pas vocation à demeurer dans un logement, est sur plusieurs points beaucoup plus souple qu’un bail classique. Pour les étudiants, le choix entre  bail mobilité et bail étudiant nécessite de comparer les deux possibilités.

 
 

Bail classique

Bail étudiant

Bail mobilité

Type de logement

Meublé ou non meublé

Meublé uniquement

Meublé uniquement

Durée

3 ans renouvelables

Inférieure ou égale à 9 mois

Inférieure ou égale à 10 mois

Renouvellement

Non limité

Pas de renouvellement, mais possibilité d’un nouveau bail étudiant pour l’année scolaire suivante dans le même logement. 

Impossible au-delà de 10 mois

Motif

Aucun motif n’est exigé pour une location

Le locataire doit justifier son statut d’étudiant.

Le motif de mobilité est indiqué sur le contrat, le locataire fournira les justificatifs. 

Garant

Acte de cautionnement et caution bancaire

Acte de cautionnement et caution bancaire

Garantie Visale

Dépôt de garantie

Dépôt de garantie demandé (un à deux mois de loyer)

Dépôt de garantie demandé (un à deux mois de loyer)

Pas de dépôt de garantie

Colocation

Clause de solidarité possible

Clause de solidarité possible

Pas de clause de solidarité

Préavis avant résiliation anticipée

3 mois

1 mois

1 mois

Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
À LIRE AUSSI
Anticiper la recherche de logement étudiant dès le printemps Pour les étudiants, trouver un logement peut s'avérer être un véritable parcours du combattant. Il est donc crucial de s'y prendre tôt, idéalement dès le mois de mai ou juin. En effet, la demande est particulièrement forte à cette période, et les meilleures offres partent rapidement. En anticipant, les étudiants augmentent leurs chances de dénicher un logement qui correspond à leurs attentes et à leur budget. Les mois de mai et juin sont stratégiques car ils permettent de profiter des premières annonces de logements disponibles pour la rentrée. De plus, cela laisse le temps de visiter plusieurs appartements, de comparer les offres et de préparer les dossiers de candidature. Anticiper permet également de réduire le stress lié à la recherche de logement, un facteur non négligeable pour les étudiants qui doivent également se concentrer sur leurs études. Les avantages de commencer tôt les démarches Commencer les démarches de recherche de logement dès le printemps présente de nombreux avantages. Tout d'abord, cela permet de bénéficier d'un plus grand choix de logements. Les propriétaires mettent souvent leurs biens en location plusieurs mois à l'avance, ce qui offre aux étudiants une sélection variée. En s'y prenant tôt, ils peuvent ainsi trouver des logements mieux situés, plus spacieux ou à des prix plus attractifs. De plus, en anticipant, les étudiants peuvent éviter la période de rush de l'été, où la concurrence est particulièrement rude. Les dossiers de candidature sont alors examinés plus rapidement, et les chances d'obtenir une réponse positive augmentent. Enfin, cela permet de mieux gérer les aspects administratifs et financiers, comme la constitution du dossier de location ou la recherche de garanties. Les étapes clés pour une recherche efficace Pour maximiser ses chances de trouver un logement étudiant, il est important de suivre certaines étapes clés. La première consiste à définir ses critères de recherche : localisation, type de logement, budget, etc. Une fois ces critères établis, il est conseillé de consulter régulièrement les annonces sur les sites spécialisés et de se créer des alertes pour ne pas manquer les nouvelles offres. Ensuite, il est essentiel de préparer un dossier de candidature complet et attractif. Celui-ci doit inclure les pièces justificatives habituelles (pièce d'identité, justificatif de revenus, garant, etc.) ainsi qu'une lettre de motivation. Un dossier bien préparé peut faire la différence face à d'autres candidats. Enfin, il ne faut pas hésiter à visiter plusieurs logements pour comparer les offres et négocier les conditions de location. Les alternatives pour les retardataires Pour ceux qui n'ont pas pu anticiper leur recherche de logement, il existe des alternatives. Les résidences étudiantes, par exemple, peuvent être une solution intéressante. Bien que souvent plus chères, elles offrent des services adaptés aux besoins des étudiants et une certaine flexibilité en termes de durée de location. De plus, certaines résidences proposent des logements disponibles à la dernière minute. Les colocations sont également une option à considérer. Elles permettent de partager les frais de logement et de bénéficier d'un cadre de vie convivial. De nombreux sites et plateformes en ligne facilitent la mise en relation entre étudiants à la recherche de colocataires. Enfin, il est possible de se tourner vers les associations étudiantes ou les services d'aide au logement des universités, qui peuvent fournir des conseils et des contacts utiles.