Accueil > Actualités > Prêt étudiant : Ce qu’il faut savoir avant de souscrire

Prêt étudiant : Ce qu’il faut savoir avant de souscrire

Article rédigé le 06/09/2020 par | Vie étudiante

Le prêt étudiant, c’est quoi ?

Le prêt étudiant est un crédit à la consommation, sans justificatif d’utilisation, destiné à financer les études supérieures. Il permet de payer les frais de scolarité, le loyer, les dépenses du quotidien mais également les équipements. Il se distingue des prêts classiques par un taux d’intérêt fixe et attractif et surtout par un différé de remboursement jusqu’à l’entrée dans la vie active ou même au premier emploi.

Les conditions à remplir pour souscrire un prêt étudiant peuvent varier d’une banque à l’autre mais globalement l’emprunteur doit être âgé de moins de 28 ans et être inscrit dans un établissement d’études supérieures, qu’il s’agisse d’une université, d’un IUT ou d’une grande école.

Les différents types de prêt étudiant

Il existe deux types de prêts : le prêt étudiant classique ou le prêt étudiant garanti par l’Etat.

Le prêt étudiant garanti par l’Etat est ouvert à tous les étudiants sans conditions de ressources et sans caution parentale ou d’un tiers. Pour prétendre au prêt garanti par l’Etat, il faut  avoir moins de 28 ans, être inscrit dans un établissement d’études supérieures et d’être de nationalité française.

Un dossier doit être déposé auprès de l’une des cinq banques partenaires à savoir la Société Générale, le Crédit Mutuel, le CIC, les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne. Comme pour le prêt classique, c’est la banque qui décidera si elle accorde le prêt et sous quelles conditions. Le prêt est garanti à hauteur de 70 % par l’Etat, par l’intermédiaire de BPI France, son montant est de 15 000 € maximum et le remboursement commencera deux ans après la fin des études.

Mais le nombre de prêts étudiants garantis par l'État est limité. Toutes les conditions d’octroi et de remboursement de ce prêt sont précisées sur le site du Service Public

Pour un prêt étudiant classique, il est nécessaire de fournir une caution parentale ou d’un tiers. Ce sont les revenus et les charges de la personne qui se porte caution qui sont pris en compte pour évaluer le taux d’endettement et accorder ou non le prêt. La banque est en droit de refuser un prêt. Elle peut également exiger la souscription d’une assurance décès-invalidité.

Quelques conseils pour bien vivre son prêt étudiant

Conseil n°1 : Comparer les offres

Quel que soit le type de prêt, il faut être attentif à certains critères déterminants : le taux d’intérêt, les frais de dossier et d’assurance et les modalités de remboursement. Il ne faut pas hésiter à comparer les offres, et notamment un chiffre essentiel : le TGE, taux effectif global, qui englobe le taux d’intérêt ainsi que les frais annexes comme l’assurance.

Conseil n°2 : Déterminer le montant à emprunter

Il est préférable de ne pas déterminer le montant à emprunter à la louche. La somme empruntée doit correspondre aux  besoins pendant toute la durée des études, mais il faut garder à l’esprit que cette somme doit être remboursée un jour. Est-ce donc nécessaire de prendre le montant maximum ?

Conseil n°3 : Réfléchir à la mise à disposition des fonds

Le montant du prêt peut être débloqué en une seule fois ou de manière progressive selon les besoins. Le versement progressif permet de payer moins d’intérêts, le montant des intérêts se calculant à partir du moment où les fonds sont débloqués. Cette option présente également l’avantage non négligeable de freiner les dépenses et d’éviter les tentations.

Conseil n°4 : négocier le remboursement avec la banque

Le remboursement d’un prêt s’effectue en deux étapes : la franchise puis le remboursement du crédit proprement dit. 

La franchise s’étale en général sur deux à six ans, le temps de terminer les études. Durant cette période on opte soit pour une franchise partielle (on ne rembourser que les intérêts et les primes d’assurances), soit pour une franchise totale (on ne rembourse que les primes d’assurances). Il faut donc prendre le temps de réfléchir avant de choisir l’une ou l’autre option. Si la franchise totale paraît plus séduisante, elle s’avère aussi la plus coûteuse. En effet, chaque année, les intérêts viennent  s’ajouter au montant du capital générant ainsi à leur tour des intérêts.

Le remboursement du crédit débute généralement lors de l’entrée dans la vie active. La durée de cette période varie en fonction de la franchise choisie, du montant emprunté et de la négociation avec la banque. La durée totale d’un prêt étudiant peut atteindre jusqu’à onze ans.

Conseil n°5 : prévoir un remboursement anticipé

Dans le cas d’une importante rentrée d’argent, il est possible d’opter, grâce à la loi Scrivener, pour un remboursement anticipé. Ce remboursement peut être partiel ou total, sans avoir à verser d’indemnités. Attention, cette clause doit avoir été spécifiée dans le contrat.

Vous êtes désormais armé pour contracter l’emprunt qui vous conviendra le mieux. N’oubliez jamais que votre interlocuteur privilégié pour toutes les questions relatives à votre vie étudiante reste le CROUS de votre académie. N’hésitez pas à faire appel à leurs services.

Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
À LIRE AUSSI