Accueil > Actualités > Immobilier durable : faut-il investir ?

Immobilier durable : faut-il investir ?

Article rédigé le 21/02/2023 par

Qu’est-ce que l’immobilier durable ? Définition

Le terme varie selon les sources mais l’objectif est le même : Immobilier durable ou “responsable” voire “éco-responsable” ou encore “immobilier vert” désigne l’application de règles de développement durable sur l’immobilier. Plus concrètement, un bâtiment peut être classé dans l’immobilier durable à partir du moment où il s’efforce de réduire son impact sur l’environnement.

Le secteur immobilier est réputé comme étant l’un des plus polluants. La construction de logements et de bâtiments professionnels représente environ 40% des émissions de CO2 et tout autant en termes de déchets produits, et 37% de consommation énergétique. Il y a donc urgence à transformer la construction immobilière en un secteur responsable et durable. 

Les efforts seront donc portés sur la construction du bâtiment, dans ses travaux de rénovation énergétique et dans son utilisation courante, notamment le chauffage, l'isolation et la consommation. L’objectif est de réduire l’impact environnemental et énergétique à toutes les étapes. 

L’immobilier durable tend aussi à une amélioration plus globale des bâtiments et du logement. Les enjeux concernent aussi la durabilité des bâtiments dans le temps et la qualité de vie des habitants :

  • l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite,

  • l’isolation thermique du logement,

  • son isolation phonique,

  • l’accès aux espaces naturels,

  • etc.

C’est le concept du logement durable

Comment réduire l’impact énergétique de son logement ?

Plusieurs axes ont été définis dans le but de limiter l’impact énergétique du logement et rendre l'immobilier durable, qu’il s’agisse de la construction, de la rénovation ou de l'habitation. 

  • Choisir des matériaux non polluants issus de productions renouvelables

  • Limiter le recours aux énergies fossiles,

  • Limiter la destruction de la biodiversité,

  • Améliorer l’isolation des bâtiments,

  • Limiter la consommation énergétique,

  • Améliorer la gestion des déchets,

  • Faciliter la mobilités douces des usagers,

  • etc.

Depuis la loi Climat et Résilience de 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) est obligatoire pour la plupart des logements mis en vente ou en location. Cet examen réalisé par un professionnel indépendant permet de classer un logement selon son impact environnemental. Une sorte de note lui est attribuée qui va de A jusqu’à G, A étant la meilleure. 

Avec cette norme, les logements classés en catégorie A se vendent mieux que les classés F ou G, considérés comme des passoires thermiques. Les constructions récentes s’efforcent ainsi d’adopter les usages de l’immobilier durable alors que les logements F ou G sont voués à une importante rénovation énergétique. Il ne sera plus autorisé de louer des logements de catégorie G à partir de 2025. Ceux de catégorie F ne seront plus louables dès 2028 et il en sera de même pour ceux de catégorie E en 2034. 

D’autres réglementations se mettent en place comme la norme RE2020 obligatoire depuis 2022 sur les bâtiments en construction :

  • emploi de matériaux biosourcés (matière organique renouvelable),

  • suppression du gaz pour les logements collectifs,

  • mise en place de systèmes de récupération de l’eau de pluie,

  • plafond d’émissions de gaz à effet de serre pour les maisons

  • etc.

Des certifications sont également mises en place pour attribuer un label immobilier durable aux bâtiments. 

  • La Certification française HQE, haute qualité environnementale,

  • L’équivalent britannique BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method),

  • Le label Effinergie,

  • Les labels HPE, haute performance énergétique et THPE, très haute performance énergétique (HPE),

  • etc.

Investissement immobilier : faut-il investir dans l’immobilier durable ?

L’immobilier durable propose d’intéressantes opportunités pour l’investissement immobilier.  

  • De nombreuses plateformes de financement participatif sur Internet proposent aux particuliers d’investir dans les projets d’immobilier durable, avec le label Financement participatif déposé par le ministère de la transition énergétique.

  • Des entreprises telles que Neolife fabriquent des matériaux destinés aux constructions écologiques et à l’immobilier durable et proposent aux investisseurs de les rejoindre dans leur développement de solutions écoresponsables.

  • Les SCPI vertes sont des organismes de placement collectif qui proposent d’investir dans l’immobilier durable à travers des projets de construction ou de rénovation thermique. Certaines SCPI ne consacrent leurs investissements immobiliers qu’aux logements dont le DPE est classé de A à C (label ISR). D’autres relèvent le défi de réduire significativement les consommations énergétiques du logement investi et donc d’améliorer tout aussi significativement sa valeur financière (label PFO2). 

L’immobilier durable est voué à un avenir… durable. Au-delà de son travail sur l’optimisation des performances énergétiques, il vise à préserver la biodiversité lors des constructions neuves et assurer la pérennité des bâtiments en imaginant leur évolution sur le long terme.  

L’Observatoire de l’immobilier durable (OID), une association de professionnels travaillant sur la promotion et la sensibilisation sur la construction responsable et le logement durable, assure qu’il s’agira des “investissements immobiliers les moins risqués”. De bonne augure.

 
Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
À LIRE AUSSI
Anticiper la recherche de logement étudiant dès le printemps Pour les étudiants, trouver un logement peut s'avérer être un véritable parcours du combattant. Il est donc crucial de s'y prendre tôt, idéalement dès le mois de mai ou juin. En effet, la demande est particulièrement forte à cette période, et les meilleures offres partent rapidement. En anticipant, les étudiants augmentent leurs chances de dénicher un logement qui correspond à leurs attentes et à leur budget. Les mois de mai et juin sont stratégiques car ils permettent de profiter des premières annonces de logements disponibles pour la rentrée. De plus, cela laisse le temps de visiter plusieurs appartements, de comparer les offres et de préparer les dossiers de candidature. Anticiper permet également de réduire le stress lié à la recherche de logement, un facteur non négligeable pour les étudiants qui doivent également se concentrer sur leurs études. Les avantages de commencer tôt les démarches Commencer les démarches de recherche de logement dès le printemps présente de nombreux avantages. Tout d'abord, cela permet de bénéficier d'un plus grand choix de logements. Les propriétaires mettent souvent leurs biens en location plusieurs mois à l'avance, ce qui offre aux étudiants une sélection variée. En s'y prenant tôt, ils peuvent ainsi trouver des logements mieux situés, plus spacieux ou à des prix plus attractifs. De plus, en anticipant, les étudiants peuvent éviter la période de rush de l'été, où la concurrence est particulièrement rude. Les dossiers de candidature sont alors examinés plus rapidement, et les chances d'obtenir une réponse positive augmentent. Enfin, cela permet de mieux gérer les aspects administratifs et financiers, comme la constitution du dossier de location ou la recherche de garanties. Les étapes clés pour une recherche efficace Pour maximiser ses chances de trouver un logement étudiant, il est important de suivre certaines étapes clés. La première consiste à définir ses critères de recherche : localisation, type de logement, budget, etc. Une fois ces critères établis, il est conseillé de consulter régulièrement les annonces sur les sites spécialisés et de se créer des alertes pour ne pas manquer les nouvelles offres. Ensuite, il est essentiel de préparer un dossier de candidature complet et attractif. Celui-ci doit inclure les pièces justificatives habituelles (pièce d'identité, justificatif de revenus, garant, etc.) ainsi qu'une lettre de motivation. Un dossier bien préparé peut faire la différence face à d'autres candidats. Enfin, il ne faut pas hésiter à visiter plusieurs logements pour comparer les offres et négocier les conditions de location. Les alternatives pour les retardataires Pour ceux qui n'ont pas pu anticiper leur recherche de logement, il existe des alternatives. Les résidences étudiantes, par exemple, peuvent être une solution intéressante. Bien que souvent plus chères, elles offrent des services adaptés aux besoins des étudiants et une certaine flexibilité en termes de durée de location. De plus, certaines résidences proposent des logements disponibles à la dernière minute. Les colocations sont également une option à considérer. Elles permettent de partager les frais de logement et de bénéficier d'un cadre de vie convivial. De nombreux sites et plateformes en ligne facilitent la mise en relation entre étudiants à la recherche de colocataires. Enfin, il est possible de se tourner vers les associations étudiantes ou les services d'aide au logement des universités, qui peuvent fournir des conseils et des contacts utiles.