Accueil > Actualités > Etudiants: les relations de bon voisinage

Etudiants: les relations de bon voisinage

Article rédigé le 14/07/2014 par | Vie étudiante

Des règles à respecter

Que vous soyez logé en cité universitaire ou que vous bénéficiez d’un appartement en résidence étudiante, il existe obligatoirement un règlement intérieur à suivre. Ce dernier fixe les règles de vie commune qui permettent à tous de cohabiter en bonne intelligence. Il aborde généralement les points suivants :

-       Les nuisances sonores : activités sonores interdites et horaire à partir duquel le calme est demandé

-       Les déchets et encombrants : quand et où les sortir

-       Les règles de stationnement et de circulation : en voiture ou à vélo

-       Les visites : qui est autorisé à pénétrer dans la résidence et à quels horaires

-       Les parties communes et équipement collectifs : règles d’utilisation et d’entretien

-       Les animaux : autorisés ou non et sous quelles conditions.

Le respect du règlement intérieur est le gage de relations de voisinage sereines et apaisées.

Si vous avez opté pour un logement en colocation, il est fortement conseillé d’établir un règlement ou une charte qui permettra de faciliter la cohabitation. Ce document, signé de tous les colocataires, pourra reprendre les règles ci-dessus et fixer également la répartition des tâches ménagères, évitant ainsi bien des conflits.

 

Vis à vis de l’extérieur

Certains étudiants comme ceux de l’ESSEC à Cergy oublient parfois que le respect des règles de vie doit être étendues à l’ensemble des voisins du quartier. Discussions nocturnes répétées, ébriété bruyante, dégradations matérielles, poubelles renversées : c’est ce que doivent supporter les habitants des résidences voisines alors que la situation pourrait être supportable avec un peu plus de civilité.

 

Comment régler les conflits de voisinage ?

Si les étudiants peuvent s’avérer être gênants pour leur voisinage, ils ne sont pas eux-mêmes à l’abri de tomber sur un voisin indélicat ou difficile. Que faire dans une telle situation ? Le dialogue reste encore la meilleure des armes car il faut à tout prix éviter de laisser s’envenimer le conflit au risque de voir la qualité de vie au quotidien se dégrader.

Si une discussion simple, franche et courtoise ne parvient pas à résoudre le problème, il est possible de recourir à la médiation, qu’il s’agisse d’une tierce personne de la résidence ou du quartier, de l’organisme gestionnaire de la résidence, d’une association de locataires, ou même de la police municipale ou de la gendarmerie.

 

Pour en savoir plus : sur les troubles du voisinage

Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
manage cookies