Accueil > Actualités > Diplome de Master est-il reconnu à l’étranger

Diplome de Master est-il reconnu à l’étranger

Article rédigé le 23/05/2019 par | Aides au logement

Une uniformisation européenne

Le schéma Licence – Master – Doctorat, hérité du processus de Bologne, est en vigueur partout dans l’Union Européenne et dans de nombreux pays partenaires. Cet état de fait donne la possibilité de travailler dans n’importe quel pays de l’espace européen de l’enseignement supérieur avec un diplôme français.

De nombreux jeunes actifs se rendent dans cet Espace afin de récolter une expérience professionnelle enrichissante ou afin d’améliorer leurs conditions de vie dans le pays d’accueil.

La mobilité des jeunes actifs a constamment augmenté avec le développement du système d’échanges Erasmus ainsi que par cette volonté de chercher des « ponts » académiques entre les différents états.

Outre les pays membres de l’Union Européenne, la Turquie, la Russie et certains pays d’Afrique et de l’Ex-Union Soviétique appliquent également cette uniformisation des études supérieures. D’un point de vue historique, ces états sont étroitement liés à l’évolution et à la croissance de l’Europe.

Au niveau mondial, la situation n’est pas aussi homogène. Par exemple, dans de nombreux pays, le diplôme de Master n’est pas reconnu officiellement. Il est par conséquent difficile de trouver un travail avec ce diplôme.

Comment savoir si je peux travailler dans tel pays ? Pour répondre à cette question, il existe certains outils en ligne tels que le site de l’ENIC-NARIC.

D’autre part, la connaissance du pays ainsi que de ses nombreuses particularités peuvent permettre d’évaluer la pertinence de son diplôme.

Des instruments pour se renseigner et valider ses formations

Le site de l’ENIC-NARIC donne la possibilité de savoir si un diplôme est reconnu officiellement dans un pays. Il peut établir des attestations et informer sur les démarches à entreprendre afin d’exercer une profession réglementée. Plus précisément, il donne des informations sur la reconnaissance des titres français à l’étranger.

D’autres supports existent afin de faciliter l’accès à l’information. Les centres d’orientation des universités informent les jeunes diplômés sur les moyens à disposition.

Une autre manière de savoir si un diplôme est valable dans un pays est de contacter le consulat ou l’ambassade. En cas de comparabilité, le service voué à cette tâche pourra vous attribuer une équivalence. Cette validation peut être également partielle.  Elle peut par conséquent nécessiter de reprendre des études afin d’homologuer certains savoirs indispensables.

Cependant, il existe certaines situations dans lesquelles il n’existe d’autre solution que de recommencer à étudier.

Des contextes uniques

Si la volonté d’homogénéisation des titres de l’enseignement supérieur et les possibilités de validation proposées par les ambassades facilitent la mobilité internationale des diplômés, des paramètres propres et singuliers à tout état limitent intrinsèquement toute uniformisation totale.

En effet, les contextes juridique, sanitaire et technique obligent les futurs travailleurs étrangers à se former complètement aux particularités locales. Un diplôme du pays d’accueil est la plupart du temps nécessaire afin d’exercer sa profession d’origine.

Toutefois, certains secteurs tels que le commerce jouissent d’une universalité enviable. Etre diplômé de commerce d’une école française ouvre de nombreuses portes à l’étranger. Par exemple, l’obtention d’un MBA (Master of Business Administration) est un sésame reconnu à l’échelle internationale.

Partir travailler à l’étranger est un challenge et une expérience très enrichissante. Cela permet d’acquérir une connaissance plus approfondie de sa profession ainsi que de soi-même. En effet, vivre à l’étranger nous permet de mûrir, de se connaitre mieux et de faire face plus facilement à des situations complexes.

Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
À LIRE AUSSI