Accueil > Actualités > Demander un logement « éligible APL » est vraiment une bonne affaire?

Demander un logement « éligible APL » est vraiment une bonne affaire?

Article rédigé le 05/12/2018 par Louis Pelissier | Aides au logement

De nombreuses personnes en recherche de logement se préoccupent de savoir s’ils pourront bénéficier de l’Aide Personnalisée au Logement (APL). Ils décident par conséquent de se renseigner sur l’éligibilité de leur futur appartement. Au final, est-ce réellement si important ?

Ce que beaucoup de personnes ne savent pas c’est que ce critère n’est pas si important. En effet, il existe de nombreuses autres aides qui peuvent compenser l’absence de convention avec la CAF.

APL, ALF, ALS… Quelles sont les différences ?

La plupart du temps, nous utilisons le terme d’APL pour nous référer à l’ensemble des aides au logement. Pourtant, il en existe trois différentes :

APL ou Aide Personnalisée au Logement. Elle est attribuée uniquement aux personnes qui occupent un logement conventionné. Cette convention est signée entre l’Etat et le propriétaire qui, en échange de certains avantages, acceptent de louer à un prix relativement accessible.

ALF ou Allocation de Logement Familiale. Elle constitue une allocation octroyée aux locataires présentant des caractéristiques familiales particulières. Par exemple, le fait d’avoir une personne à charge, d’être enceinte et seule, d’être un jeune couple marié donnent aux locataires le droit de percevoir l’Allocation de logement familiale.

ALS ou Allocation de Logement Social. Cette allocation constitue l’aide au logement attribuée à toutes les personnes qui ne peuvent bénéficier des deux précédentes. Si vous n’êtes pas éligible à l’APL ni à l’ALF, vous avez par conséquent droit à l’ALS. Elle constitue sans aucun doute l’aide au logement qui concerne le plus de personnes en France.

Il faut toutefois préciser que ces aides sont accessibles aux personnes disposant de revenus modestes. Si vous percevez un salaire de 3 000 euros, faites une croix sur ces aides. Elles ne vous seront pas attribuées.

En outre, le même barème de calcul des aides est identique pour chacune d’entre elles. Que vous soyez allocataire de l’APL, de l’AFL ou de l’ALS, si vous avez les mêmes revenus, vous percevez exactement le même montant.

Une éligibilité pas si utile

Le constat est clair. Se focaliser sur une éligibilité à l’APL ne constitue pas une si bonne affaire. L’unique avantage est la possibilité d’obtenir un logement à un prix raisonnable. La convention oblige le bailleur à ne pas augmenter de manière exagérée ses loyers.

Concernant les aides, cela n’aura aucune incidence. En effet, si vous avez droit aux allocations, vous percevrez quoi qu’il arrive une prestation pour vous aider à payer votre loyer.

De plus, il faut savoir que les logements conventionnés font partie majoritairement du parc immobilier HLM. Les logements de type privé sont en définitive très peu éligibles à l’APL. Il est donc difficile d’obtenir un logement conventionné. Ce constat diminue grandement vos chances d’obtenir un logement éligible à l’APL.

De plus, pour être éligible à l’APL, le logement doit posséder une surface supérieure à 9 m2 pour une personne seule. L’absence de lien de parenté avec le propriétaire est également une condition pour que le logement soit conventionné. En effet, si le bailleur est l’un de vos parents, grands-parents, enfants ou petits-enfants votre logement ne pourra être éligible.

Au niveau légal, il suffit que votre logement possède des conditions de décence nécessaires. Ce qui est le cas de la plupart des logements du parc immobilier français. De plus, il est nécessaire que la location soit déclarée par un contrat de bail.

Chercher un logement éligible à l’APL ne constitue pas par conséquent une caractéristique si importante. Il est plus important de se focaliser sur l’état du logement, ses avantages fonctionnels ainsi que le montant de son loyer.

Cet article vous a-t-il été utile? Déposer un avis
 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés