Accueil > Actualités > Comment rédiger un mémoire ?

Comment rédiger un mémoire ?

Article rédigé le 07/06/2022 par | Vie étudiante

Vous entrez en dernière année et on vous demandera de rédiger un mémoire de fin d’études, puis d'assurer sa soutenance. Qu'est-ce qu'un mémoire de fin d'études ? Comment le rédiger ? Qu’est-ce qu’une soutenance ? Comment la préparer ? 

 

Qu'est-ce qu'un mémoire de fin d'études ?

Le mémoire de fin d’études est un document à préparer et à rédiger tout au long d’une année scolaire et qui doit être remis au printemps pour évaluation dans le cadre d’un diplôme. Il est demandé lors de la dernière année d’un cycle d’études et il permet d’évaluer ce qui en a été retenu, notamment en termes de recherche, de réflexion, de rédaction et de sens critique. 

 

Quelles sont les étapes pour rédiger un mémoire ?

De la recherche du sujet jusqu’à la soutenance, la rédaction d’un mémoire de fin d’études passe par de nombreuses étapes. Aucune n’est à négliger.

Quel type de mémoire ?

Le type de mémoire dépend du domaine d’études que vous suivez et de leur niveau. Cela peut être un mémoire de recherche, un mémoire de stage, un mémoire de master, un mémoire universitaire, un mémoire de licence, un mémoire de droit, un mémoire en marketing, un mémoire scientifique, etc. Il existe pour chaque type de mémoire des conventions, des usages, des codes qu’il est important de connaître et de respecter.

Comment organiser la rédaction du mémoire ?

L’organisation de la rédaction d’un mémoire passe par l’établissement d’un calendrier, où seront notées les différentes étapes de l’entreprise. On peut imaginer le calendrier suivant :

  • Septembre-octobre : recherche du sujet du mémoire

  • Début novembre : prise de contact avec le directeur de mémoire

  • Novembre-décembre : recherches, collecte de données

  • Janvier-février : définir la problématique à aborder et établir un plan de mémoire (faire valider la problématique et le plan par le directeur de mémoire). 

  • Mars-avril : rédaction du mémoire

  • Début mai : relecture, correction, mise en forme et impression du mémoire

  • Cocher la date de la remise du mémoire

  • Cocher la date de la soutenance du mémoire

Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès des établissements, des professeurs et des anciens élèves sur la méthodologie à suivre. Certains établissements proposent même une méthodologie-type. 

Quel sujet aborder dans le mémoire ?

Le sujet du mémoire est bien entendu un élément central de sa rédaction. Règle première : Le sujet doit susciter un certain intérêt à son rédacteur si celui-ci veut le rendre passionnant à la lecture. Il faut en outre faire un choix réaliste qui rende l’écriture faisable. Dans certains cas, le sujet peut être proposé dans une liste par l’établissement ou bien cadré par des consignes.

Comment définir une problématique ?

La problématique est un élément clé du mémoire puisqu’il en constitue l’angle d’attaque. Pour avoir les bonnes réponses, il faut poser la bonne question. Pareil pour un mémoire, il faut poser la bonne problématique. Lorsque celle-ci a été définie, il est temps d’établir le plan du mémoire.

Comment établir le plan du mémoire ?

Une fois que la problématique a été définie, des questions en découlent auxquelles il faudra apporter les réponses. A partir de la question centrale que constitue la problématique, il faut définir des sous-questions, puis les lister et les regrouper dans un ordre logique. On peut privilégier les réponses “simples” au début et les réponses plus complexes par la suite (mais ce n’est pas une règle absolue).  

Comment établir un plan de recherche pour le mémoire ?

Lorsque toutes les questions du sujet ont été définies, il faut chercher les réponses. L’étape de recherches est l’une des plus intenses dans la construction du mémoire. Les éléments collectés (données empiriques) lors de la recherche doivent être précis (croiser les éléments) et fiables (vérifier les sources).

Comment rédiger un mémoire de fin d’études ?

La rédaction du mémoire en tant que telle devient la partie la plus concrète du projet. Un mémoire représente entre 60 et 100 pages. Il comprend :

  • Une couverture

  • Une page de garde

  • Un sommaire (les titres et sous-titres doivent être explicites)

  • Une préface (regard personnel sur le sujet, sur le contexte de la rédaction du mémoire)

  • Les remerciements (aux professeurs, collègues, experts impliqués dans le projet)

  • Un résumé (objectif du mémoire, synthèse du travail mené)

  • Une introduction (annonce de la problématique et des questions qui en découlent)

  • Une partie théorique (concepts et idées préexistantes, postulat…)

  • Une partie pratique (expérience, observation personnelle, entretiens…)

  • Une conclusion (rappel de la problématique et réponse globale à celle-ci)

  • Une postface  (réflexion d’ordre personnel lié à la conclusion et au travail accompli)

  • Une bibliographie (référencement des sources selon des conventions à respecter)

  • Plusieurs annexes

Une fois rédigé l’ensemble, il reste à définir le titre du mémoire (accrocheur, percutant, mais approprié), soigner la mise en page (marges, polices de caractères, numérotation…), procéder à la relecture et aux corrections (soumettez la lecture à un proche, car on ne voit pas toujours ses propres fautes), imprimer le mémoire (garder un PDF de la version définitive) et, déjà, préparer la soutenance.

 

Comment bien préparer sa soutenance de mémoire ?

La soutenance d’un mémoire est un exposé du travail effectué sur le mémoire. Cela va donc au-delà d’une version orale du document écrit. La soutenance de mémoire a pour objectif de faire comprendre au jury le travail réalisé et ses enjeux.

Il est recommandé de faire une présentation très synthétique. Il faut surtout expliquer le raisonnement sans nécessairement entrer dans les détails. Le jury évalue surtout la démarche. Il y aura une phase de présentation (une dizaine de minutes) puis une phase de questions-réponses (une quinzaine de minutes).

Pour préparer idéalement la soutenance, il convient de se renseigner sur les attentes du jury et sur ses critères d'évaluation. Il faut également savoir quels sont les supports autorisés (présentation type PowerPoint, par exemple). 

Quelques conseils pour terminer :

  • Comme toutes les épreuves orales, l’apparence du candidat joue un très grand rôle : habillage correct et sourire conduiront vers la bienveillance du jury.

  • La présentation se doit d’être dynamique. Elle doit être parlée et non lue. Éviter le ton monocorde. Saupoudrer de quelques anecdotes. 

  • Garder à l’esprit que les membres du jury n’ont pas tous nécessairement lu le mémoire. Ne pas rechigner à donner une réponse qui a été rédigée en long et en large dans le mémoire.

Cet article vous a-t-il été utile ? Déposez un avis
manage cookies