Accueil > Actualités > Comment obtenir un prêt étudiant ?

Comment obtenir un prêt étudiant ?

Article rédigé le 24/11/2017 par Anais Tanay | Vie étudiante

| Plus

Les prêts étudiants permettent de payer les frais de scolarité, les dépenses annexes ou encore les frais courants et plus globalement, pour financer les études lorsque les aides financières ne parviennent pas à couvrir toutes les dépenses. La plupart des réseaux bancaires ont une gamme d’offres de prêts étudiants, proposée à des taux généralement intéressants. Mais comment en obtenir ?

Les conditions d’obtention

Comme leur appellation le suggère, les prêts étudiants s’adressent aux étudiants, c’est-à-dire des jeunes majeurs, âgés de 18 à 25 ans, qui sont régulièrement inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur.

Pour se voir accorder un crédit, l’étudiant devra en effet fournir une attestation de scolarité ou une carte d’étudiant, justifiant de son statut. Il doit également disposer d’un compte dans l’établissement où il souhaite faire l’emprunt.  Il n’y a pas de pièce justificative à fournir et le crédit obtenu ne doit pas faire l’objet d’un achat de logement. La banque pourrait demander aux parents ou à un tiers de l’étudiant de garantir la couverture de la somme empruntée.

Les banques et les universités en partenariat

Dans le cadre d’un partenariat entre les universités et les banques, les étudiants les plus brillants et donc méritants, peuvent prétendre à des offres de prêts sur mesure.

C’est notamment le cas des étudiants fréquentant les établissements prestigieux comme la polytechnique, HEC ou encore les étudiants en ingénierie. Le prêt peut aller jusqu’à 50 000 € avec un taux d’intérêt relativement bas (autour de 2 %). Une fois l’octroi de crédit étudiant validé, la perception des fonds se fait soit en une seule fois, soit en tranches annuelles à retirer jusqu’à la fin des études.

Le remboursement du prêt étudiant

Les étudiants ont la possibilité de rembourser leurs prêts en deux fois. Il est possible de s’acquitter de la première partie en « différé de remboursement » et la seconde partie en « franchise totale ».

Dans le premier cas, seuls les primes d’assurance et les intérêts mensuels sont à affranchir. Dans le deuxième cas, l’emprunteur ne règle que les assurances mensuelles. Même si cette seconde solution est assez intéressante, elle est cependant plus couteuse, car il faut payer en plus le capital reporté.

Dans tous les cas, le remboursement intégral doit avoir été effectué à la fin de la formation.

 
 
À lire aussi :

Liens sponsorisés